Nice et son Comté: une collection indispensable

Nice et son Comté: une Histoire du Comté de Nice au jour le jour

 

De nombreux auteurs ont écrit sur l’histoire de notre pays, riche en évènements, celui-ci ayant toujours occupé une place privilégiée dans l’histoire de l’Europe.

 

La Countéa de Nissa

La collection dont je vais vous parler tranche singulièrement sur l’ensemble des autres œuvres parues à ce jour.

En fait, plutôt que de nous livrer une énième version d’histoire chronologique des évènements, les responsables de cette collection ont opté pour une recension des textes archivés, ça et là,  qui nous permettent d’avoir l’avis d’un témoin direct de l’époque décrite.

Les Editions « Mémoires Millénaires », en collaboration avec la Délégation  Patrimoine historique, Archéologie, Langue et culture niçoises  de la Ville de Nice,  ont accepté de publier cette œuvre immense commencée l’an dernier par l’édition d’un premier livre couvrant la période 1200-1580 et qui doit s’étaler sur plusieurs années (éditions de deux tomes constituant le livre de la période 1590-1680 cette année, deux autres prévus l’an prochain, etc.) dans la collection « Nice et son Comté- témoignages, récits et mémoires »

Villa Masséna (présentation de la collection)

Celui qui s’est chargé de dresser la colonne vertébrale de ce monument littéraire et de coordonner l’ensemble, s’appelle Hervé Barelli et, au vu des tomes déjà parus, il s’est attelé à une tâche plus que gigantesque.    Hervé BARELLI

 

Il fallait, au départ, délimiter la période historique qu’était censée couvrir l’œuvre et pour cela faire un choix nécessairement arbitraire.

Les auteurs ont décidé de commencer ce panorama historique bien avant que Nice ne fut un Comté.

Le premier livre paru date de l’année dernière et il était la première pierre d’une oeuvre   colossale à laquelle se sont attachés les initiateurs de ce travail. Ce premier livre dont le titre complet est  « Nice et son Comté- 1200-1580 (témoignages et mémoires) n’avait pas d’équivalent auparavant. Comme nous le disions précédemment la période choisie commence bien avant que le « Païs Nissart » ne fut un Comté.

Nice et son Comté (Livre I)

Le premier texte date de 1217 alors que Nice s’était déjà émancipée en Municipe Indépendant au XII° siècle.  Ces premiers textes présentés à notre lecture retracent la période du Moyen-âge en Pays Niçois. L’essentiel des textes choisis fait référence à l’Eglise et aux hommes d’église et nul ne s’en étonnera. Lorsqu’on aborde la période de la Renaissance, une famille importante de la vie du Comté de Nice est évoquée en la personne de Jean Badat au travers de sa « Chronique » la crounica nissarda qui est un des premiers textes fondamentaux écrits en « lenga dou païs » (Pierre Gioffredo en parlera longuement et  André Compan en fera le sujet de sa thèse).  Ceux qui lisent nos éphémérides chaque jour sur le site, peuvent se rendre compte que la famille Badat est souvent citée dans les évènements historiques ayant jalonné la vie de notre pays. 

Armes de la faille Badat Nous avons là, un texte en Niçois alors que la plupart des textes retrouvés, de cette époque, sont alors écrits en latin. Ultérieurement, nous verrons que les textes historiques faisant référence à l’histoire du Comté seront tirés aussi bien du Nissart et du Piémontais que du Français ou de l’Italien.  C’est avec un plaisir évident que nous avons lu plusieurs extraits de « Recort e Memoria » écrit en Nissart archaïque avec la traduction correspondante.  Dans le premier livre paru, nous aurons des témoignages direct de personnes ayant assisté ou ayant participé à des évènements aussi essentiels que le Congrès de Nice de 1538 ou le siège de Nice par les Français et leurs alliés Turcs en 1543 (Agostino Gustiniani, Nicolo Tièpolo, Clément Marot, Girolamo Muzio, Pierre Lambert, Michel de L’Hospital, Marc-Claude De Buttet et François de Belleforest).

Les deux tomes paru du livre correspondant à la période  1590-1680 sont très différents et, dans le même temps, complémentaires. Le premier tome nous fait connaître, par les traductions tirées de l’italien d’alors (langue largement utilisée à cette époque),  les grands évènements qui se sont passés à Nice et dans le Comté, mais aussi par des textes en niçois ancien .

Nice et son Comté (Livre 2, Tome I)

Nous aurons des relations des différents voyages que les Ducs de Savoie ont effectués dans la ville de Nice, des mariages, naissances et obsèques solennelles concernant la Maison de Savoie ainsi que les fêtes données en leur honneur, des conflits politiques entre les Ducs de Savoie et les Grimaldi (particulièrement Annibal Grimaldi de Beuil). Armes des Grimaldi de Beuil

Nous apprécierons des textes exhumés et traduits qui n’avaient jamais été publiés d’auteurs très différents sortis, en cette occasion, de l’ombre tels Franca Varallo, Pierpaolo Merlin, Bocchio et Pregliasco, Giovani Bottero, Honoré Pastorelli, Giovanni-Ludovico  Balduino, Lodovico Solaro della Moretta (marquis de Dogliani), Pietro Arduzzi, Jules Torrini, Louis Gugliaris, Camille Marie Audiberti, Gian Tommaso Borgognio et Pierre Gioffredo.  

Quant au deuxième tome, il est une histoire chronologique de Nice depuis « le commencement du monde jusqu’au présent : 1638 », qui ne se contente pas d’être un outil scientifique mais aussi une chronique de sont temps, par l’auteur qui nous livre sa vie. Antoine Fighiera est né à Eze (Esa, Countèa de Nissa) au XV° siècle et deviendra un personnage important dans les sphères judiciaires de notre pays niçois.Armes d'EzeDurant sa vie (il mourra au XVI° siècle), il s’attachera à l’œuvre de sa vie consistant à écrire l’histoire de son pays depuis « le commencement du monde » tel qu’il en avait connaissance par les écrits de son temps (très inspirés par la Bible) qu’il fixera en 5199  avant notre ère jusqu’à l’année 1638. Ce monument d’écriture est constitué de textes sans liens formels entre eux et encore à l’état de brouillons (car jamais publiés), souvent raturés,  nous livrant une sorte de journal intime tenu par l’auteur de ces lignes. C’est ainsi que nous pourrons lire les témoignages d’époque sur la peste de 1631, la description de la comète et la fin d’Annibal Grimaldi de Beuil : tous ces faits historiques que nous lisons comme un roman.

 

 

Nice et son Comté (Livre 2, Tome II) Antoine FighieraIl s’agit en l’espèce d’un document historique de la plus grande importance car l’auteur nous livre le vécu, à chaud, en direct de son époque comme l’eut fait un reportage télévisuel au XX° siècle.  C’est, également, une somme de travail colossal qu’a effectué le traducteur, Hervé Barelli et dont nous le remercions au travers de ces lignes.

Cette collection « Nice et son Comté- témoignages, récits et mémoires » est une œuvre fondamentale à laquelle se sont attachés plusieurs passionnés de l’histoire de notre ville et de son Comté, une œuvre qui restera comme un outil plus qu’utile aux générations futures, une œuvre qui ancrera notre « Pays Niçois » dans l’avenir à partir de son plus lointain passé.

Nice en 1610

Ces livres sont un témoignage écrit de notre histoire et de notre culture. A ce titre ils montrent bien que le Comté de Nice a une histoire spécifique, différente de l’histoire de la France, avec des attaches très fortes  du côté de la Savoie et du Piémont. Il en reste de nombreuses traces encore aujourd’hui au travers de nos monuments et églises, chefs d’œuvres du Baroque.

Si j’avais une critique à émettre sur cette collection, elle concernerait le manque évident de textes sur la période cruciale de notre histoire qui se situe entre 1550 et 1571, c’est-à-dire le moment ou vont être construites les fortifications maritimes du Comté et  la bataille de Lépante.  Ce sont des années essentielles dans l’existence du Comté de Nice et elles méritaient d’être rapportées.

Mais, pour terminer, j’aimerai souligner la contribution de ceux qui autour d’Hervé Barelli, ont permis la réalisation de ce chantier historique et qui méritent nos remerciements (Frédéric Boyer, Jean Marc Giaume et Marc Bouiron et les éditions « Mémoires Millénaires »).

Frederic Boyer- Directur des éditions "Mémoires Millénaires"

Je ne peux que conseiller, à nos lecteurs qui veulent approfondir l’histoire de leur pays sous un angle nouveau, de se procurer ces ouvrages et d’en entreprendre la lecture. Ils y puiseront, en plus du plaisir de lire ces lignes, une mine de renseignements sur notre histoire.  Nous attendons, avec impatience, la parution des suivants l’an prochain.

Anse Saint Lambert: ancien port de Nice