La Festa de la Countèa de Nissa

Nos lecteurs le savent sans doute, mais il n’est pas inutile de le rappeler: notre site est l’émanation d’une Association « Racines du Pays Niçois ». Celle-ci avait pour action principale de diffuser par ce site des articles dans le but  de promouvoir la culture Nissarde contemporaine et de mettre en avant tous les acteurs de cette culture.

 

Rais dou Pais Nissart

Rais dou Pais Nissart

L’association organisait quelques manifestations comme des diners-débats essentiellement  avec des invités qui venaient nous parler de ce qu’il faisait et dialoguaient avec nos participants. Mais, avec le temps, les sollicitations venues de l’extérieur se sont faites de plus en plus pressantes et il a fallu passer à une autre échelle. Nous avons soutenu les projets de fêtes de plusieurs de nos « socis », nous avons accédé à des demandes d’intervention ici et là, nous sommes sollicité soit pour de futures initiations à la « lenga nissarda », soit pour l’organisation de futures fêtes… et nous avons décidé de franchir le pas et de nous investir, directement, nous aussi, dans la réalisation effective de manifestations culturelles. A cet égard, va avoir lieu cet été un évènement avec la naissance d’une nouvelle grande fête d’été appelée à s’ancrer dans le paysage du Comté: « la Festa de la Countèa de Nissa ».

 

Festa de la Countèa de Nissa

Festa de la Countèa de Nissa

 

C’est ainsi qu’il y a  quelques temps, notre rédacteur en chef, R.M. MERCIER, l’administrateur de ce site, m’avait demandé de faire un  papier pour expliquer l’engagement de notre association « Racines du Pays Niçois » (Raïs dou Païs Nissart) dans l’organisation de la 1 ° « Festa de la Countèa de Nissa » qui aura lieu cet été, le samedi 3 Août 2013 exactement, à Roquesteron.

Pourquoi une « Festa de la Countèa de Nissa » ?

Il y a plusieurs raisons à notre engagement dans l’organisation de cette grande fête d’été .

Cette idée (parmi tant d’autres) nous trottait dans la tête depuis plusieurs mois déjà. Et nous souhaitions pouvoir créer un évènement qui réunirait toutes les associations Nissardes sans distinction.

Quand nous avons créé le site « Racines du Pays Niçois », nous avions, dès le départ, une volonté de rassembler les Nissart autour de dénominateurs communs. Nous nous sommes tenus à cette ligne directrice en basant notre action sur ce qui unit (la culture) en rejetant ce qui divise (la politique politicienne). En respectant, la spécificité de chacun, nous avons rencontré une grande partie de ce qui compte au niveau de la culture Niçoise contemporaine (il nous reste, d’ailleurs, encore un grand nombre de gens à rencontrer), car notre but premier était de faire savoir qu’il y avait une culture vivante, aujourd’hui, à Nice et dans le Pays Niçois. Nous avons laissé chacun s’exprimer avec sa sensibilité propre. Quand nous l’avons pu, nous avons tenté de réunir plusieurs associations autour d’un projet commun. Et, ce , sans exclusive.

Car la culture Niçoise, aujourd’hui, passe par les différentes associations et tous ces bénévoles qui donnent de leur temps et de leur argent pour quelque chose qui les transcende et les réunit. Mais cela passe, également, par tous ces artistes qui créent en permanence afin que notre culture évolue avec le temps et reste une culture bien vivante avec les techniques de notre temps: musiciens, danseurs, chanteurs, peintres, acteurs, marionnettistes, metteurs en scène, producteurs et réalisateurs d’images, sculpteurs…

Lou Trident

Lou Trident

Lu Rauba Capèu

Lu Rauba Capèu

Richard Cairaschi

Cela passe, aussi, par les transmetteurs du savoir, tous ces enseignants qui permettent aux générations sacrifiées de se réapproprier notre langue, « la lenga nouòstra » , tous ces enseignants qui enseigne à nos enfants la musique et les instruments de  leur pays, ces éditeurs qui produisent revues et livres traitant de l’histoire, de la langue, de la culture de notre pays.

Les jeunes veulent parler Nissart

Vouòli parlà Nissart

Cela passe, enfin, par les associations de supporters de ce club à nul autre pareil, l’OGC Nice (notre bon vieux « Gym ») qui est un symbole fort et rassembleur de l’identité Niçoise.  Car, à Nice, et c’est une constante du caractère particulier de ce peuple, on est Nissart avant d’être autre chose…on est Nissart avant d’être de droite ou de gauche, on est Nissart avant d’être supporter de foot, on est Nissart avant d’être d’une religion, on est Nissart avant d’être d’une autre entité…et quand je dis Nissart, je parle, bien sûr, du territoire du Comté de Nice qu’on soit de « la riba de la mar o de la mountagna » ,  » dou Pais Gavouot o de la Vila » .

Lu Cantoun de la Countèa

Lu Cantoun de la Countèa

Le deuxième facteur déclenchant fut une rencontre l’année dernière. Ayant reçu une invitation pour participer à la 1° fête de la forêt et de l’automne, à Roquesteron, je décidais d’y aller tenir un stand pour « Racines du Pays Niçois ». L’accueil qui nous fut fait fut en tout point remarquable et je fis des rencontres merveilleuses (comme chaque fois ou je me rends dans nos villages):  je rencontrais, en particulier, le responsable de cet évènement, Philippe Garnier avec qui nous nous sommes, immédiatement senti en phase. Il me recontacta un peu plus tard pour me parler de tous ses projets et plus particulièrement de sa volonté de pouvoir monter une grande et belle fête Nissarde à Roquesteron: il me demanda si je voulais bien être co-organisateur de cette fête pour m’occuper de la partie culturelle tandis qu’il s’occuperait de la partie technique. Je n’eus pas longtemps à réfléchir et acceptais très vite sa proposition.

Comment s’est mise en place cette fête ?

Au départ, je lui avait fait part de ma volonté de placer cette fête au mois de juillet entre « lou festin dou Boutau » en Juin à Levens et « Lou Festivous » en  Août à Ilonse, afin d’avoir un troisième grand évènement au milieu de l’été.

Sans compter que cela donnait l’occasion à ceux qui étaient habituellement en vacances en Juin ou en Août de pouvoir assister à deux festivals.

Pour cette première année, nous avons un peu été pris de court au niveau des dates et des disponibilités des groupes musicaux et nous avons du repousser notre fête au premier samedi du mois d’Août (le samedi 3 Août 2013). Cela dit, nous comptons bien, dès l’année prochaine, fixer notre fête au mois de Juillet.

Bien, une fois la date fixée, il fallut se retrousser les manches afin que cet évènement soit à la hauteur de nos espérances et de notre volonté. Se répartir les tâches fut notre première préoccupation. Parti de rien, sans certitude sur notre capacité à financer ce projet, nous avons retenu (et budgétisé) l’élément primordial de cette fête, celui qui serait essentiel pour rassembler et faire participer un plus grand nombre, le point d’orgue de cette journée, le baleti. Et, pour avoir un baleti réussi qui draine les foules nous avons pris ce qui se fait de mieux dans notre Comté « Lu Rauba Capèu ».

Lu Rauba Capéu en Concert

Lu Rauba Capéu en Concert

Ensuite, il fallut meubler toute la journée du samedi 3 Août autour de ce thème rassembleur pour les Niçois, dont nous voulions que ce soit la fête, l’identité nissarde. Nous sommes rapidement tombés d’accord sur la manière de construire « la nouòstra festa »: des producteurs locaux (artisans, commerçants, créateurs, éditeurs…), un programme culturel étoffé (exposition, conférence, projection, visites…) et des groupes musicaux locaux qui nous remuent les tripes.     

Pour ce qui concerne les produits locaux, nous avons cherché à en promouvoir quelques uns  avec des cuvées spéciales « Festa de la Countèa de Nissa » et un label « fach en Countèa ». Nous avançons sur ce point là.

Lou Mourtairet

Lou Mourtairet

Pour l’animation musicale, nous avons choisi pour l’animation du village un groupe parmi les plus anciens du Comté « Lou Mourtairet » de Lantosque, une valeur sûre. Nous avons décidé de proposer pour les jeunes un concert de Hard Rock, mais du Hard Rock Nissart (ce qui montre bien que notre culture est toujours de son temps) avec « Paures Nautres » qui va mettre le feu et qui vous proposera son CD nouvellement sorti. Fa dou bousin !  Une vraie tuerie. En soirée, nous aurons tout d’abord, notre coup de cœur, « Un Girou mé lu vielh », un groupe de musicien d’aqui (qui jouent tous dans des formations diverses, par ailleurs)  qui se sont rassemblés autour du répertoire traditionnel de Pays Niçois et l’ont revisité de façon « Groovy et Jazzy », une musique venue d’ailleurs et pourtant tellement d’ici. C’est l’évènement de l’année, nominés pour les « babazouk » de la musique nissarde. On attend la gravure de leur premier CD avec impatience.

Un Girou mé lu vielh

Un Girou mé lu vielh

Au cœur de cette fête, seront bien sûr présentes toutes les associations Niçoises avec leurs stands et leur productions culturelles.
Seront également présentes les associations qui œuvrent au rapprochement avec le Piémont, la Ligurie, le Val d’Aoste et la Savoie.

MCPN

MCPN

Je garde pour la bonne bouche les associations du sport Niçois. Il y aura les clubs de supporters du « Gym », CDS47 et Tribune Sud… mais ceci n’est pas limitatif et nous ouvrons n os portes à ceux qui, au travers du sport sont des ambassadeurs de la culture nissarde.

Lou "Gym"

Lou « Gym »

Pour ce qui est des producteurs locaux, nous avons pu convaincre un bon nombre de ceux-ci, en  priorité, bien sûr, ceux de la vallée de l’Esteron, mais en ouvrant aux autres et il y aura ainsi un Marché Traditionnel sur lequel vous pourrez trouver de multiples productions locales comme le pastis de Nice, les étoiles d’Utelle, du Miel de la Vallée, de la pâte d’olive, des biscuits, des bonbons et pleins d’autres productions d’ici

Mais, il n’y aura pas que de la nourriture pour le corps, il y aura aussi de la nourriture pour l’esprit avec des éditeurs locaux (à l’heure actuelle, les éditions « Gilleta » et « Baie de Anges » se sont manifestés, mais d’autres vont suivre).

Et puisqu’on parle de culture, plusieurs manifestations ont été mises sur pied pour présenter un éventail culturel assez large: expositions de tableaux de Nathalie Broyelle qui anime l’atelier d’Arts Plastiques de la Maison Culturelle Niçoise, projection d’un film réalisé par Eve Fumaroli, une jeune réalisatrice prometteuse, dont le sujet est  « la Traversado », des visites des églises du coin  par Camille Guillon, une spécialiste du sujet, une conférence sur l’Histoire de la Maison de Savoie par Jean Marc Fonseca (Président du MCPN)

La Traversado

La Traversado

Qu’attendons nous de cette  fête ?

Nous voulons que cette fête soit la fête des Niçois, une fête ou ils renoueront avec leur histoire et leur culture et quand je dis culture, je veux parler de la culture en général, celle qui définit un  peuple,  celle qui englobe la musique, la peinture, la sculpture, la gastronomie, la chanson, en un mot l’art de vivre.

Cette fête sera la réussite de tous les Niçois (les habitants du Comté), qu’ils soient de souche de cœur ou d’adoption, qu’ils aient plusieurs générations de Nissart dans leur famille ou bien qu’ils soient récemment arrivés en ayant choisi notre pays pour ce qu’il est réellement. Celui qui vit dans ce pays, depuis toujours ou depuis  hier, qui l’aime et défend son histoire et sa culture afin qu’il reste ce pourquoi ils l’ont choisi, c’est à dire lui-même, celui là, est bien évidemment Nissart et sera présent le samedi 3 Août 2013 à Roquesteron pour sa fête, « la Festa de la Countèa de Nissa« .    

 

 

Pendant la journée, il y aura de la restauration prévue à la Halle et au Village. Pour le midi, formule snack « nissart » à la Halle et dans les restaurants du village.  Les activités et les expositions sont gratuites durant toute la journée. Le soir, il est prévu deux formules: la première avec repas et concerts et baleti (15 €) la seconde avec concerts et baleti uniquement (5 €). Le repas du soir : Entrée, Soupe au Pistou, fromage de chèvre et pâte d’olive, salade de fruits frais. Inscription: Bar Tabac « Chez Pat »: 04.93.05.95.78.