Tags

Articles liés

Partager

Tout peuple a droit à son histoire et à sa culture

* Rendons à César ce qui est à César et aux Niçois ce qu’il leur appartient…

 

Il nous paraît normal qu’un peuple ait le droit le plus imprescriptible à conserver sa langue, sa culture et son histoire. Qui peut s’opposer à cela, aujourd’hui ? Après des siècles de colonisation à outrance avec la bénédiction de l’église qui apportait sa caution morale, nous considérons, en ce XXI° siècle, que la volonté des peuples à recouvrer leur culture est des plus légitimes. Or, les enfants de tous les peuples colonisés par l’état français reçoivent la même éducation sur tout les territoires administrés  par Paris et l’état jacobin. Ainsi, le petit Kanak, le petit Guadeloupéen, le petit Tahitien comme le petit Niçois ont appris que leurs ancêtres étaient les gaulois…pour la plupart, ils doivent penser que leurs pères ont fauté à un moment de l’histoire familiale. Mais, les petits Niçois ont du apprendre que leurs grands hommes étaient Henri IV, François I°, Louis XIV et la famille Buonaparte…alors que ce furent les ennemis les plus acharnés du Comté de Nice tout au long de son histoire…à part peut-être les dirigeants successifs de la « république une et indivisible ». C’est pourquoi, nous pouvons dire, avec les Kanaks, Guadeloupéens, Tahitiens que nos ancêtres ne sont pas les gaulois…Que notre histoire est bien plus ancienne que celle de la nation qui nous a annexé et que depuis cette annexion on a, sur notre propre sol, occulté notre histoire, notre langue et notre culture. C’est pour cela que les combats qui sont menés pour ouvrir une classe bilingue à Nice (dans un premier temps) est primordial pour que les enfants du Comté de Nice retrouvent leurs racines par la langue dans un  premier temps. C’est pour cela que l’action entreprise et le travail acharné de  nombreuses associations (tel « Nissart per tougiou ») et de groupes de musique, de danses, de jeux traditionnels est des plus fondamentaux pour que nos enfants retrouvent leurs racines par le biais de toutes ces actions culturelles. C’est pour cela que la recherche et la mise en ligne de l’histoire du Comté de Nice entreprise par « Racines du Pays  Niçois » au  travers de son site et l’édition quotidienne des éphémérides est des plus importantes pour que les enfants du « Païs Nissart » se réapproprient l’histoire de leur pays que l’éducation nationale française leur a cachée. Il est quand même étrange que notre histoire, vieille de plusieurs siècles, ait été confisquée par le pays qui ne partage que 150 petites  années avec le notre. Nous revendiquons, aujourd’hui, pour le peuple Niçois, le droit d’avoir accès à  sa langue, sa culture et son histoire. Pour conclure, je vous livre un poème Maya qu’a transcrit un de nos amis Bretons  :  ” Pour un peuple, perdre son histoire est un désastre. Lui rendre son histoire est un miracle : c’est le plus beau cadeau qu’on puisse lui faire. C’est l’occasion, pour lui, de reprendre un nouvel essor vers son avenir “.    (16/11/2012).