1851

A l’adresse de l’infâme petit empereur de triste mémoire !

Badinguet

Certains voudraient bien fêter, l’an prochain, l’arrivée au sommet de l’état français de l’infâme « Nabot-Léon III ». C’est oublier que ce triste sire arrivât à ses fins pour s’accaparer le pouvoir par un coup d’état qui sonna le glas de la République.   A tout ceux qui, à Nice,  voudraient en 2011 célébrer les 160 ans d’arrivée au pouvoir de Napoléon le petit comme l’appelait le grand Victor Hugo, de « Badinguet » comme le surnommaient les pamphlétaires de son époque, nous dédions ce poème écrit en « lenga nouostra » , qui fustige l’action de celui qui, neuf ans plus tard (en 1860) sera, une fois de plus, l’auteur d’une forfaiture en occupant le Comté de Nice, alors libre, puisque son souverain, le dernier Duc de Savoie, Roi de piémont Sardaigne avait abandonné ses droits de souverain et délié le Comté de Nice de ses obligations inscrites dans le traité de Dédition  de 1388, afin qu’il retourna à son état premier de Nation Indépendante.


Nabot-Léon et Cavour à Plombières

1851

Pèr escriéure aquestu vèrs

La miéu pluma s’es bagnada

Dins  lou sanc e li làgrima

De Pèire e de Martin,

De toui aquélu qu’an pagat

Tant car

Pèr apara

Justicia e Libertà.

Onour à-n-élu

Qu’an fach sacrifici

De la siéu carn,

De la siéu vida !

Vergougna au tiran

Assassin de demoucracìa !

L'homme du coup d'état

2 de decèmbre,

Jou de dòu !

Cada jou que passa

N’es aniversari…

1851 rasoun de plourà,

E maï encara,

Tant fuguèron à soufri

Per avé cridat

La siéu set republicana !

E si vourria festejà

Lou còu d’estat

D’un enemic dou poble

Que l’avìa elegit ?

E si vourrìa brindà

À qu raubèt la Repùblica ?

E si vourrìa glourificà ?

Ma dins quau mounde sian ?

Le Tyran

Nissart, laisseren celebrà

La gloria etèrna

De Badinguet ?

Laisseren faire ounour

À qu cauquèt

La vous dei ome

Per s’autrejà lou poudé ?

Laisseren  que si cante

Qu croumpèt la nouostra terra ?

Que lu siéu cendre

S’en vagon au vent,

Espantegat dins la chavana

De la denembrença !

E que lou tron de Dièu

S’empouorte finda

Qu vòu cantà la siéu gloria.

à la mémoire de ses victimes

Que li siéu paraula

Li rèston en travèrs

De la gargamèla

À lu faire estoufà

E crepà à pichin fuèc !

Que per tròu de doulour

S’en vagon negà au Pouort.

Nissart, laisseren

Caucà un còu de mai

Cen que ne soubra de dignità

Cen que lou souvenì

Dei republican de 51

N’a l’aissat en eritage ?

es revengut

Pèire  LEMBILAT

26/07/2010