La Mièua Terra…

Notre ami , et administrateur de ce site, Robert Marie MERCIER, avait écrit un poème sur notre pays Niçois qui s’appelait « Ma Terre » et qui fut primé, en 1991, au « Grand Prix des Traditions Niçoises » (Prix Yolande Bracchetti).

Un vilage de la Countèa

Un vilage de la Countèa

Sous l’amicale pression de plusieurs de ses amis, dont je suis, il a accepté d’en faire une revirada en Nissart , « La Mièua Terra »,  que je me propose de vous faire découvrir aujoud’hui.

La Mar nouòstra

La Mar nouòstra

 

 

La Mièua Terra
( Robert Marie MERCIER)

Avia lou goust de la mar,
Una mar douça e calma,
Una mar tant ric d’istoria e de courtura
que empregna li grava,
Qu’aquelu que si bagnon
En tiron lur raïs.
Aqui minga maraia !
Tout es serenità.

Avia lou goust de la mountagna,
Bella e maestousa,
Lu tourrent descadenat,
La chavana vioulenta,
La nèu immaculada,
Lu soum dau silènci.
La marcha longa e dura,
Sus la pista rebea.

Lou castèu

En mountagna

 

 

 

 

Avia lou goust de la pas,
Lou sens de l’armounia,
L’oumbra de l’oulivié,
E lou cant dei cigala.
Lou goust dou mèu daurat
Coura sourte de la rusca.
E la festa au vilage
Coura viren lou Mai.

Avia lou goust dou soulèu,
E de la  sesoun flourida.
Lou goust de la mandarina
E la sièu savour aigre.
Pi  l’estrèma suavessa
De la flou de pourtegalié.
Sentour de tant d’aròmou,
Mesclage detounant.

Una glèia

Una glèia

 

 

 

 

 

Avia lou goust dei countrast,
Terra de paradòs,
Maridant l’aiga de la mar
E lou fuec dau soulèu.
Platituda de l’ounda,
Soum inachessible.
Moutagna venant mouri
En ploungiant dins lu flot.

Que n’en an fach de la mièua terra ?
Que n’en an fach de la nouòstra ànima ?
Lou betoun mangia tout,
Li a jà tout tapat,
De li nouòstri douçi couòla
Jusc’au bort de la nouòstra plàia
Repoussant la mièua courtura
Au fount de li nouòstri valada.

Dins li valada

Dins li valada

 

 

 

 

 

 

Ne recounouissi pu
Lou souòl de lu nouòstre ancessour.
Sus la mièua terra, ancuei,
Sièu un esiliat !

Armes de Nice en 1430

Armes de Nice en 1430

Otoubre 1990.  (Prèmi Yolande Bracchetti: Grand Prix des Traditions Niçoises)