Tags

Articles liés

Partager

Viens

Viens

 

Il faut sortir de la maison, le Bonhomme Hiver est parti,

Les jours sont de plus en plus longs et la nature refleurit,

Sur les étals de Saleya, les couleurs vives sont revenues,

Et le soleil vient réchauffer chaque terrasse au coin des rues.

On voit revenir le dimanche, parents et enfants au Château,

Et, après un très long sommeil, le Port se couvre de bateaux.

Tout au long de la Promenade, bien déserte pendant l’hiver,

Les promeneurs viennent flâner en respirant  l’air de la mer.

La Baie des Anges , encore tranquille, semble dormir toute alanguie,

Sous les traits de l’astre solaire qui nous fait renaître à la vie.

Bientôt, il faudra planter l’arbre et puis le garnir de rubans,

Au son des tambours et des fifres, tourner tout autour en dansant.

Nous allons monter à Cimiez, et dans les jardins des Arènes,

Nous allons boire, manger, chanter, et courir jusqu’à perdre haleine.

Le Grand Soleil est revenu…

Viens.

 

Robert Marie MERCIER

le 24 mars 1994

(ce poème est tiré du recueil « Mots dits…   …Maudits » de Robert Marie MERCIER, recueil en vente dans notre boutique sur le site)