Ma Terre

Elle avait le goût de la mer,

Une mer douce et calme,

Une mer si riche d’histoire et de culture,

Qu’elle imprégnait les grèves,

Que ceux qui s’y baignaient

Y puisaient leurs racines.

Ici, point de marée!

Tout est sérénité.

La Rochetta

_______________________________________________

Elle avait le goût des montagnes,

Belles et majestueuses,

Les torrents déchaînés,

Les orages violents,

La neige immaculée,

Les sommets du silence.

La marche longue et dure

Sur des pistes abruptes.

_______________________________________________

Elle avait le goût de la paix,

Le sens de l’harmonie,

L’ombre de l’olivier,

Et le chant des cigales.

Le goût du miel doré

Quand il sort de la ruche.

Et la fête au village

Quand on tourne le mai.

_______________________________________________

Elle avait le goût du soleil,

Et des saisons fleuries.

Le goût des mandarines

Et leur saveur acide.

Puis l’extrême douceur

De la fleur d’oranger.

Senteurs de tant d’arômes,

Mélange détonnant.

_______________________________________________

Elle avait le goût des contrastes,

Terre de paradoxes,

Mariant l’eau de la mer

Et le feu du soleil.

Platitude de l’onde,

Sommets inaccessibles.

Montagnes venant mourir

En plongeant dans les flots.

_______________________________________________

Qu’ont ils fait de ma terre?

Qu’ont ils fait de notre âme?

Le béton mange tout,

Il a tout recouvert,

De nos douces collines

Jusqu’au bord de nos plages,

Repoussant ma culture

Au fond de nos vallées.

_______________________________________________

Je ne reconnais plus

Le sol de nos ancêtres.

Sur ma terre aujourd’hui,

Je suis un exilé!

________________________________________________________________________

Robert Marie MERCIER (Octobre 1990)

« Mots dits…     …Maudits » (Editions « Arts d’Europe »)

Poème primé au Grand Prix Poètique des Traditions Niçoises 1991,Prix Yolande Brachetti