Tags

Articles liés

Partager

Mon Père

Nous voilà dans une  période, ou nous célébrons le souvenir de nos morts, rituel qui remonte à la plus haute antiquité et que nous retrouvons de l’Inde jusqu’aux pays scandinaves. Ce rituel qui symbolise la rencontre entre les morts et les vivants, ce symbole de la résurrection, est attesté depuis la nuit des temps (et nos ancêtres, dans le Pays Niçois, ont du le pratiquer aussi) et fait mention du passage sur une barque pour rejoindre le monde des morts.  Cette fête, une des plus importantes, en Europe, s’est perpétuée chez les Celtes par « Samain », puis « Halloween » et enfin, la Toussaint, ou nous avons conservé l’habitude de célébrer nos morts (malgré la volonté de l’Eglise de déplacer cette fête d’un jour).  C’est pourquoi, j’ai eu envie de publier ce poème (Mon Père) que j’ai écrit le lendemain de sa mort et que j’ai lu lors de ses obsèques.



Mon père

A mon père, Gaston Mercier
né le 27 octobre 1909
mort le 17 février 1991


Parce que tu es le père, que tu es celui qui

Depuis le premier jour, quand tu nous a conçu,

Nous a donné l’exemple, un sens à notre vie,

Ta force, tes valeurs, et ta grande vertu…


Parce que tu as voulu, et, ce, sans complaisance,

Nous montrer le chemin dont il ne faut dévier,

Refusant la bassesse, prêchant la tolérance,

Rejetant le mensonge et la médiocrité.


Parce que tu as aimé plus que tout tes enfants,

Et qu’eux même savent bien ce qu’ils doivent à leur père,

Ils transmettront ainsi à tes petits enfants,

Ton amour et aussi celui de notre mère…


Parce que depuis toujours , symbole de droiture,

J’ai de toi une image qui ne s’efface pas,

Image de bonté qui est ta vraie nature,

Même si le temps passe, je ne l’oublierai pas…


Parce que tu es mon père, que tu es tout cela,

Toujours tu marcheras au milieu de nos rangs,

Au cœur de la maison, ton esprit sera là,

Dans le cœur de chacun tu resteras présent.


Par ce que tu as fait, tu reste parmi nous!

Par ce que tu as dit, tu guideras nos pas !

Je veux dire à tout ceux qui sont autour de nous,

L’homme que tu étais et restera: « Papa ».

18 février 1991
Ce poème fait partie d’un recueil que j’ai édité en 1997, intitulé « Mots Dits…      … maudits ». Vous pouvez vous procurer ce recueil en allant dans la rubrique Boutique du Site.