Una voulountà, un camin….

la langue est l’outil le plus perfectionné pour traduire l’âme d’un peuple, c’est pourquoi nous sommes très attentifs à tout ce qui se fait pour promouvoir et pérenniser notre langue.

11002714_1572863116301990_851442204785168927_o

 

Dernièrement, nous avons, dans ce site, eu un entretien avec le président de l’APLR (Association des Professeurs de Langues Régionales) qui nous a dit la difficulté qu’il y avait pour installer l’enseignement de notre langue durablement dans le paysage scolaire. Dans notre pays niçois, quand bien même l’Education Nationale ne reconnaitrait que le terme d’occitan pour définir « la lenga nouòstra », nous n’avons aucun problème dans nos luttes et négociations pour employer le terme approprié de langue niçoise (lenga nissarda). mais, il n’en est pas de même partout.

Dossier Sam 620

 

C’est pourquoi notre association « Racines du Pays Niçois » (RPN) s’est impliquée dès les prémices de la création, l’an dernier, de l’AELR (Alliance Européenne de Langues Régionales) alliance qui se veut être en pointe pour défendre toutes nos langues dans leur droit à exister, droit qui leur est, parfois, en certains endroits, contesté par ceux qui, loin de vouloir se développer cette diversité linguistique qui fait notre richesse, aimeraient bien tout normaliser, standardiser et imposer un modèle unique.

AELR-6

Car les situations sont fort diverses ici et là, montrant des disparités criantes, entre langues dites minoritaires. A ce sujet, je voudrais faire une remarque en préambule pour dénoncer ces manipulations sémantiques qui ont tendance, par les qualifications dont on les habille, à déprécier nos langues par rapport à une « langue étatique nationale » (comme le français chez nous, ou l’italien chez nos voisins). Nous avons eu tendance depuis déjà pas mal de temps à réfuter ces étiquettes dévalorisantes que l’on applique à ces langues maternelles des pays à forte identité culturelle et historique. Que l’on en juge: langues minoritaires, langues régionales, dialecte, patois. Il n’y a qu’à ouvrir un dictionnaire pour se rendre compte que nos langues qui ont une grammaire et une syntaxe, un vocabulaire fort riche et qui n’ont pas été simplement des langages vernaculaires de base sont bien des langues qui furent largement utilisées par le monde des lettres et des sciences. Nous eussions préféré, pour notre part, et de loin le terme de langues enracinées (voire des langues populaires). Et nous défendons toujours ce point de vue à « RPN ».

AELR-7

Les situations étant fort différentes d’un territoire à l’autre au sein des « états-nations », situations souvent entretenues (voire bloquées) par ces états centralisateurs, il nous a semblé intéressant de porter le débat plus haut, au niveau de l’Europe. Nous avons constaté que ces « états-nations » cultivaient ce favoritisme injustifié en faveur de ceux qui leur ressemblait, en fait, quelque part dans leur volonté déclarée de standardiser toutes les langues apparentées et d’imposer une graphie unique bien peu connue et pratiquée par les gens du peuple. Il en va ainsi dans notre « république une et indivisible » hexagonale, à Paris, comme du côté de Rome ou de Madrid.

AELR-9
Au bout d’une année de gestation, l’Alliance Européenne pour les Langues Régionales a vu le jour et ses statuts ont été porté sur les fonts baptismaux lors de la fin de semaine des 11 et 12 avril 2015, à Maussane (dans les Alpilles), où nos amis Provençaux nous accueillaient.

AELR-5
De nombreuses délégations étaient présentes venue de France (Provence, Cévennes, Béarn, Gascogne, Languedoc) , d’Italie (Vallées provençales du Piémont, Naples), d’Espagne (Pays Valencian), et bien sûr du Comté de Nice. Nous nous sommes mis d’accord sur le but de cette alliance, ses objectifs, sa façon de travailler et sur la volonté de l’ouvrir plus largement puisque pour cette première session il n’y avait pratiquement que des langues romanes. A la suite de la dernière journée de travail, il fut procédé à l’élection du bureau de l’AELR et notre rédacteur en chef, Président de « Racines du Pays Niçois » et administrateur de notre site a  accepté le poste de Vice-président pour le Comté de Nice.

Naturellement, cette structure est ouverte aux autres associations nissardes et un autre poste est à pourvoir, pour notre Pays Niçois, au sein du Conseil d’Administration.

AELR

Cette Alliance aura pour vocation d’aller porter le débat au delà des « états-nations » qui ont tendance à bloquer les avancées de nos langues vers l’Union Européenne. Nous nous sommes mis immédiatement au travail et de fructueux échanges ont déjà lieu sur nos réseaux.

arton1235-7307e

Nous ne pouvons que souhaiter longue vie à cette « Alliance Européenne pour les langues Régionales ».

AELR-4