Une ambassadrice pour le Comté de Nice: la Reine de Mai

Dans notre « Païs Nissart » nous avons eu, dans le passé, des femmes qui ont symbolisé Nice et son Comté et qui sont, encore de nos jours, honorées comme telles.

 

27988_444192885644109_2097489592_n

La Madone, continuellement présente dans les églises de notre ville et celles des villages de nos vallées (le culte marial est très important dans la culture de ce pays, sans doute une réminiscence de la Terre-Mère qui était déjà vénérée dans la civilisation du Mont-Bego) , notre Santa Reparada, patronne de la ville de Nice, qui est honorée, chaque année, par son bon peuple de Nice, sans oublier, bien sûr, notre mythique Catarina Segurana qui représente bien l’esprit fort des femmes de ce pays et leur attachement à la liberté.

DSC_0161

 

C’est pourquoi je suis allé à la rencontre d’Eve Fumaroli, une jeune Niçoise de notre temps, qui allie la modernité de notre époque avec le respect des traditions et la maintenance de notre culture. Eve participe depuis longtemps (avec toute sa famille) aux évènements qui marquent la vie de notre culture nissarde aujourd’hui. Elle a intégré depuis un certain temps déjà l’association « Nissart per tougiou », association, bien connue de tous, qui maintient bien haut le flambeau de la « Nissarditude ». Baignant dans cette culture, Eve, participe à toutes les fêtes qui se déroulent dans notre Comté ainsi qu’aux activités nombreuses de « Nissart per tougiou ».

Eve aux manettes

Eve aux manettes

C’est ainsi qu’elle sera à l’initiative de la renaissance d’une tradition ancienne, mise en place par Menica Rondelli (le même qui a écrit Nissa la Bella que nous nous sommes approprié comme hymne), tradition qui s’était perdue: je veux parler de l’élection de la « Reine de Mai ».
« Une vieille tradition qui datait de la nuit des temps, celle de la fêtes des Mais… nous dit elle... n’était plus devenu, en 1900, qu’un vague souvenir nostalgique que les plus vieux racontaient aux plus jeunes…

On tourne les Mais

Mais ces jeunes décidèrent de remettre au goût du jour cette tradition ancestrale, et en 1907 Menica Rondelli, poète, et Léon Barbe, journaliste à l’Eclaireur de Nice, font revivre dans chaque quartier les fêtes des Mai. Les comités de quartier s’occupent de l’organisation, et se dotent d’une reine et de demoiselles d’honneur en costume niçois »

C’est en 2011 que des jeunes du babazouk voulant relancer une fête des Mais dans leur quartier du Vieux-Nice et, avec l’aide importante de l’association « Nissart per tougiou », une fête des Mais eut lieu « Plaça dei gourdoulons » à l’intersection de la rue de la Tour et de la rue Pairolière. Il y eut bien une « Reine de Mai » mais celle-ci fut nommée par les jeunes et non élue. Ce fut une belle fête et, aussi,le germe de cette aventure.
En 2012, il n’y eut pas de fête, car les jeunes auraient du prendre la relève seuls, mais…

C’est en 2013, que le bureau de « Nissart per tougiou » se lance dans le projet fête des Mais assorti d’une élection de la « Reine de Mai ». Pour ce faire, il fallait avoir plusieurs candidates à cette élection. Comment faire ?  « La question se posât de savoir si nous allions avoir des candidates…me dit Eve Fumaroli qui, à l’époque, fut désignée par le bureau de l’association pour se charger de ce dossier (l’association allouant un budget à Eve). Afin d’attirer les candidates, l’idée d’un « shooting » photo fut adoptée. « Malheureusement, pour cette année 2013, nous étions partis trop tard pour mettre en place tout cela… nous dit elle… et, de plus, la pluie s’en est mêlé amenant l’annulation de la fête ». Mais, tout le travail effectué allait nous servir par la suite.


Et, c’est ainsi, que fin 2013, Eve (qui y croyait fortement alors que certains étaient, pour le moins, dubitatifs) prend tout en main pour mettre en place cet évènement pour l’année à venir. C’est ainsi qu’elle réussit à trouver 4 candidates dans les milieux nissardisant, de belles filles qui plus est, et qu’un « shooting » photo put être mis en place pour nos quatre candidates.

candidates reine des mai 2014

Une fois ce « shooting » réalisé, l’association NPT demandât aux autres associations nissardes de soutenir le projet et la communication put se mettre en place. pour l’élection de la « Reine de Mai 2014 ». Cette élection se déroula dans le Vieux Nice, place Sainte Claire, au mois de Mai avec un jury des plus compétents. Ce fut une belle journée avec une fréquentation importante d’un public attentionné et des prestations de qualité de nos prétendantes. « Celles-ci devaient nous présenter une prestation en rapport avec notre culture niçoise... nous dit Eve...c’est ainsi qu’une d’elles dansât, une autre chantât et deux autres jouèrent une comédie en « lenga nouòstra ». Une fois l’élection de la Reine passée, il fallut organiser son règne, afin qu’elle soit la représentante de la culture nissarde tout au long de l’année et les associations jouèrent le jeu. Elle eut droit pendant un an à toutes les prestation de l’association « Nissart per tougiou », elle devint « soci » de « Raïs dou Païs Nissart » (Racines du Pays Niçois) avec une « Promenade à travers le temps en Pays Niçois… de la Préhistoire à nos jours » offerte et obtint le titre de marraine de la « Festa de la Countéa de Nissa » 2014 à Clans, elle fut reçue à toutes nos autres fêtes ( » Lou festin dou Boutau », « Esa fa festa », le « Festivous »). Cependant, la Reine étant fort éloignée de Nice par son travail, l’organisation d’un plus grand nombre d’évènement lors de son règne fut une chose délicate.

02dd222b74931478a0090008c50b0678

Lors de ce règne, une rencontre avec Jean Luc Gag, dans les jardins des arènes de Cimiez lors du ‘ »Festin de Nissa » 2014 « per lu Mai », permit d’envisager un partenariat avec la ville pour pérenniser cette fête et la faire grandir. C’est ainsi que ce partenariat fut mis en place pour l’élection de la « Reine de Mai » 2015 avec la Ville de Nice qui apporte son soutien logistique. Les associations furent conviées à une réunion préparatoire qui se tint au siège de « Nissart per tougiou » en présence de Jean Luc Gag, représentant de la Ville et le démarrage de l’évènement fut réellement lancé. « Cette année... nous dit Eve… nous allons avoir des élections d’une « Reine de Mai » dans trois secteurs de la Ville (alors que la ville en voulait 9 au départ; Ndlr), la première le samedi 9 Mai 2015, Place Pierre Gautier (devant le Palais Sarde) pour Nice Centre et Est, la deuxième le samedi 16 Mai 2015, au Parc Carol de Roumanie pour Nice Ouest et la troisième le samedi 23 mai 2015 au Parc Chambrun pour Nice Nord. Une fois ces trois Reines élues, elles viendront concourir le dimanche 24 mai 2015, dans les jardins des Arênes de Cimiez, lors de la fête des Mais, pour la finale qui désignera la « Reine de Mai 2015″, représentante de la culture niçoise pour un an ».

Reine des Mais-2
Avant ces élections, il faudra collecter les candidatures. Une affiche est réalisée, des flyers édités par la ville de Nice sont mis à disposition des associations et les réseaux sont à présent activés. Les inscriptions des candidatures seront prises en compte jusqu’au 15 avril 2015. Un shooting photo sera réalisé le 26 avril 2015 et une conférence de presse est prévue le 28 avril 2015 au Trident (Maison Culturelle Niçoise). Eve précise: « Il y a bien sûr des critères retenus pour faire acte de candidature, en résumé, être une jeune fille de son temps, passionnée par notre culture et capable de présenter une prestation en rapport avec notre culture. Et, bien sûr, accepter d’être la représentante de notre culture nissarde, pendant une année ».

Pour vous faciliter la tache, Mesdemoiselles, vous avez toutes les indications dans une rubrique « Election de la Reine de Mai » dans le site de « Nissart per tougiou » (http://www.nissart-per-tougiou.com/cms/index.php) Il ne vous reste plus qu’à vous inscrire, ou si vous avez, dans votre entourage, une personne qui a le profil, invitez là à poser sa candidature.

Naturellement, la « Reine de Mai 2015 » sera la marraine de la « Festa de la Countéa de Nissa-Païs Gavouòt e Nissart »