Entretien avec Daniel Aabye (« Li Barbets Nissart »)

Depuis quelques temps, nous avons suivi les manifestations de jeunes supporters pas comme les autres. Ceux là,  d’après leur nom, semblait être, d’ailleurs, Niçois avant d’être supporters

 

Cela nous a interpellé ,  car, si cette façon d’être correspond bien à la mentalité du pays…être Niçois avant d’être autre chose… ces jeunes nissart s’investissaient dans tous les sports et tous les clubs du Pays Niçois, ce qui, avouez le, n’est pas courant. Nous sommes allé à la rencontre d’un de leurs meneurs

1970553_10203745318978351_229168850_n

Robert Marie MERCIER: Daniel Aabye, bonjour, je suis vraiment content de rencontrer un Barbet contemporain, et, qui plus est, un jeune Barbet. car vous vous situez dans la lignée de nos glorieux ancêtres.

Daniel AABYE: Bonjour, n’allons pas trop vite en besogne car nous n’avons pas encore la renommée de ceux-ci.

R.M.M: Alors, quand a commencé cette aventure ?

D.A: Notre aventure a démarré lorsque le « Gym » a déménagé dans son nouveau stade à l’Allianz en abandonnant ce stade mythique de l’Histoire de ce club qui est plus qu’un simple club de football.

R.M.M: Donc c’est l’abandon du « Ray » qui a enclenché le processus ?

10435159_1437111093215184_1803843038_o
D.A: Certainement, pour tout ce que ce stade représentait dans la mémoire collective des Nissart. Et, en plus, nous avions en tête de faire autre chose dans notre démarche de supporters. Nous étions contre la tournure que prenaient les évènements tendant à délaisser le foot enraciné dans un peuple au bénéfice d’un foot business que nous rejetons. Nous voulions, véritablement, mettre en place un projet innovant constructif plus proche de nos valeurs et de nos aspirations. Il existait, déjà,  des supporters omnisports ailleurs en Europe comme en Grèce ou en Serbie,particulièrement, qui arrivaient à remplir les stades. Le temps de concrétiser notre projet, et nous avons fait un communiqué de lancement au début de cette année, le 2 Janvier 2014 plus précisément.

1538843_10203745319538365_2027692580_n
R.M.M: Nous ? Qui ? Un groupe de supporters ?

D.A: Nous étions des supporters du « Gym », ex ARN (tribune Nord du Ray) très déçus par le nouveau stade, par le foot business, par la tournure des évènements. Nous avions bien vu qu’avec ce nouveau stade, il s’agissait de remplir avec des « spectateurs » et non pas avec des « supporters ». Nous avons pris la décision, bien que restant supporters du « Gym » de ne pas aller dans ce nouveau stade. Enfin, nous avions la ferme volonté d’associer le sport avec la culture du pays niçois (comme nous l’avons toujours fait au « Ray ». Nous avons alors décidé de supporter toutes les équipes de sport niçoises qui, tout autant que le « Gym », représentent notre mentalité nissarde.

10439556_1437111069881853_2082572184_n
R.M.M: En repartant de rien pratiquement, avez vous pu entrainer d’autres supporters avec votre petit groupe de départ.

D.A: Au départ nous étions 4-5 et nous avons fait appel à nos amis proches du stade pour nous aider à lancer le groupe, ce qui nous a permis d’avoir de la visibilité et de rencontrer de nouvelles personnes qui font aujourd’hui tourner le groupe. Actuellement, nous pouvons dire que nous avons une moyenne de 25 à30 supporters par match. Nous avons atteint un pic de 50 lors d’une rencontre de hand-ball il y a peu. Il faut dire que nous sommes issus de la culture « Ultra » et ne voulons pas être de simples consommateur de spectacle passifs mais bien des acteurs participant à ces rencontres. Notre but est d’essayer d’entrainer la salle derrière nous et de promouvoir une animation culturelle proprement niçoise.

10467593_1437111103215183_289149260_o

R.M.M: Vous avez du communiquer au départ avant que le mouvement ne soit lancé, je pense.

D.A: Nous avons chercher à faire passer les message au travers de tous les médias: en premier lieu, les réseaux sociaux où se trouvent nombre de nos amis, puis il ya eu un article dans Nice Matin et, ensuite, nous avons pu avoir deux à trois passage sur des radios locales. Notre démarche la plus importante pour faire passer notre message fut de prendre contact avec les dirigeants de tous les clubs niçois. Nous avons reçu un très bon accueil de leur part. Il nous ont reçu à bras ouverts et nous ont proposé d’entrer gracieusement aux matchs de leurs équipes. Je dois dire qu’ils n’ont pas été déçus, en retour, car l’ambiance dans les enceintes sportives montât tout de suite d’un cran, à la grande satisfaction des joueurs et des dirigeants qui nous demandèrent de revenir. Parfois, le public était surpris au début, car peu habitué à un tel remue-ménage.

10409908_1437111079881852_78355800_n
R.M.M: Et, les matchs (et les demandes des clubs) se multipliant, il vous a fallu trouver de nouveaux adhérents pour répondre à ceux -ci ?

 

D.A: Effectivement, nous avons du nous étoffer. Il faut dire, aussi, qu’au départ, certains de nos amis étaient sceptiques face à l’ampleur de notre projet. Mais, dès qu’ils on vu les premiers résultats probants, ils ont demandé à nous rejoindre. Les nouveaux membres sont cooptés par des membres actuels, pour l’instant. Mais nous commençons déjà à avoir quelques candidatures libres. Bien sûr, il nous faut contrôler l’intégration de ces nouveaux membres. A l’heure actuelle, c’est assez facile car nous connaissons déjà la plupart de ceux qui veulent nous rejoindre. Mais, si le mouvement prend de l’ampleur, il nous faudra être plus vigilants. Cela dit, nous comptons sur la responsabilisation personnelle de chacun pour ne pas mettre en danger notre groupe.

1622674_10203745321738420_1091808984_n
R.M.M: Alors, comment pourrait on vous définir ? Quelles sont vos valeurs ? votre combat ?

D.A: nous avons élaboré une charte qui représente les valeurs que nous défendons. Une démarche solidaire et responsable. Pour cela, la cotisation d’adhésion est libre. Chacun donne ce qu’il veut mais surtout ce qu’il estime devoir donner. De même les produits de notre boutique sont vendus en prix libres à partir du prix plancher qui est le prix de revient. Nous combattons le foot business, ce n’est pas pour faire des affaires commerciales par ailleurs. Bien sûr, nous aurons besoin d’argent pour développer nos actions, mais nous tenons que ceux qui nous rejoignent aient cette démarche responsable et estiment, en leur âme et conscience, ce qu’ils doivent donner pour l’action que nous menons. C’est un peu le sens de leur engagement.

10465705_1437111096548517_1446800777_o
R.M.M: j’ai cru sentir, chez vous, une exaspération bien marquée pour le système en vigueur dans le sport moderne.

D.A: c’est vrai et nous nous battons pour un « foot » plus libre et détaché du business, c’est à, dire contre ce foot entreprise, … ce foot de la mondialisation et de la marchandisation, …contre le monopole exercé par le foot sur tous les autres sports, …contre cette répression abusive des pouvoirs publics avec des sanctions disproportionnées (plus élevées pour un acte commis dans une enceinte de sport que dans la vie courante), …contre cette course à l’augmentation inflationniste des salaires des joueurs, …contre les sanctions financières imposées aux clubs au moindre incident, …contre la loi Lopsi 2 qui permet à un préfet d’interdire le déplacement des supporters sur le territoire qu’il administre, ce  qui, en fait, est une entorse à la loi de libre circulation des individus et représente une véritable exclusion. Pour résumer et avoir une démarche qui soit vraiment positive, nous nous battons pour une plus grande liberté, des supporters, des joueurs et du sport en général.

10429714_1437111109881849_622413292_o
R.M.M: d’où cette notion de responsabilisation des uns et des autres pour une plus grande implication dans la vie des clubs ?

D.A: Nous sommes véritablement pour un sport populaire et festif avec une véritable implication des supporters dans la vie des clubs. Nous sommes pour que la passion l’emporte sur l’intérêt financier. Nous voulons que cesse cette pratique consistant à faire du sportif une simple marchandise. Nous défendons, également, la pratique d’une animation pyrotechnique dans les tribunes (et les tribunes uniquement) car nous sommes des ultras quand même et que cela est permis dans de nombreux pays en Europe et ailleurs. Enfin, nous sommes favorables à ce que s’institue un véritable dialogue entre supporters et pouvoirs publics.

R.M.M: C’est un vaste programme. Et vous voulez que cela soit appliqué à tous les clubs de sport niçois ?

D.A: Notre but, de fait, est de contribuer à permettre une meilleure visibilité du sport niçois, en général, et, aussi, de contribuer au développement de tous nos clubs. Les grands clubs professionnels ne doivent pas étouffer le vivier que représente tous ces clubs amateurs qui représentent tout autant notre ville.

P-Nissa 21

R.M.M: Alors, pourquoi « Li Barbets Nissart – 1792 » ?

D.A: Nous voulons intégrer cette culture nissarde, notre culture nissarde, au sein de la grande famille du sport et des sportifs niçois: par l’apprentissage de la langue, de la musique, de l’art culinaire… Notre volonté est de travailler avec toutes les autres associations niçoises qui offrent une palette variée de toutes ces activités culturelles. Et, pour revenir à votre question, nous faisons sans cesse référence à notre Histoire et aux Barbets, nos célèbres ancêtres qui ont su résister à l’envahisseur. Ils restent, à travers le temps, l’âme de la résistance niçoise, cette résistance qui a toujours été l’apanage des Niçois, ce peuple de montagnards attachés à leur terre, leur Histoire, leur langue et leur culture. Et, le 1792 que nous avons accolé à nos Barbets est la date de l’entrée des troupes d’occupation sur notre territoire, occupation qui a déclenché la révolte des Barbets. Comme nous sommes attachés à notre Histoire, il va sans dire que nous sommes, évidemment, farouchement opposés à la destruction du stade du Ray qui est un lieu historique et mythique du sport niçois: nous souhaitons que celui-ci soit, à terme, consacré aux sportifs dans notre ville.

1902718_10203745318338335_594307226_n

R.M.M: Vous n’allez pas au stade de la plaine du Var (j’avoue que j’ai quelques difficultés à prononcer son nom) mais, est ce que vous soutenez toujours le 3gym », est ce que vous avez gardé de bons rapports avec les supporters qui ont suivi le club dans cette nouvelle enceinte ?

D.A: Que ce soit clair, si, nous, les créateurs de l’association « Li Barbets Nissarts », avons décidé de ne plus aller au stade quand le club a déménagé à l’Allianz, 95 % de nos adhérents continuent à aller supporter le « Gym » au stade et nous veillons à ne pas créer de dilemme les obligeant à choisir. Nous sommes toujours supporter de ce club qui est une partie du patrimoine des Niçois (même si l’orientation actuelle nous déplait) et nous essayons de ne pas gêner nos adhérents qui vont au stade en aménageant notre calendrier de sorte qu’une de nos sortie ne coïncide pas avec un match de l’OGC Nice.

R.M.M: Bien, Daniel, je vous remercie d’avoir éclairé nos lecteurs sur votre groupe « Li Barbets Nissart » et ils peuvent vous retrouver (ou vous contacter) comment ?

D.A: Actuellement, ils peuvent prendre contact sur « facebook » et dès que nous aurons mis en place autre chose nous les en aviserons. Merci beaucoup de m’avoir invité sur votre site.

poster t shirt